CHRONIQUES DU 18 juillet 2015

Yanis, Déesse de la Mort


Yanis, D?esse de la Mort - Cycle d'Arkem - tome 1Nature : Roman
Genre : Fantasy
Parution : 01 septembre 2012
Plus d'info. sur l'ouvrage ICI


La chronique d'Emilie, sur le site Les Chroniques d'Aymilie :

"C'est la faute aux copains et puis voilà ! En effet, ils sont vils et démoniaques en lecture. La faible lectrice que je suis est tombée dans le piège incommensurable du : "ce livre est juste merveilleux et l'auteur est sympa". Me voilà donc assise sur les marches d'une librairie à contempler ces adeptes autour d'une dédicace. Bien sûr, comme je suis faible je repars dans la soirée avec deux tomes 1 dédicacés par l’écrivaine parce que je n'ai pas su choisir entre ses deux sagas. Malgré une pile de livres à lire qui grandi de semaines en semaines, je me lance (grâce aux surveillances de BAC et de secrétariats) dans la lecture de Yanis déesse de la mort de Valérie Simon.

Parce qu'il faut bien commencé quelque part me voilà  au milieu d'une forêt avec une elfe et un démon. Nous y apprenons qu'ils sont en guerre depuis 500 longues années mais qu'importe, les Roméo et Juliette de la verdure vont s'aimer jusque dans la mort, consommant et consumant leur amour pour que naisse le fruit de notre histoire. Premier questionnement: 500 ans de guerre et ils se battent encore à coup de flèches ? Quelle bande de fainéants qui se complaisent dans leur malheur guerrier !
Deuxième questionnement : euh pourquoi ça ne parle pas de Yanis ? (Faire confiance à l'auteur, faire confiance à l'auteur…)

L'histoire passant, on s'imprègne de l'univers ; puis on pose le livre énervée parce que ce démon qu'on aimait bien s'avère être un gros imbécile. Au bout du compte, on reprend notre lecture passionnée. Oui, ce livre utilise un joli éventail dans nos émotions et on en vient à aimer ressentir !

Miracle un jour on croise Yanis, petite fille puis jeune femme, et naît le troisième questionnement : pourquoi les héros sont-ils énervants ? Donc voici cette jeune héroïne aussi énervante qu’Harry Potter ou Frodon (oui oui j'assume ce point de vue) que nous suivons pas à pas dans ce premier tome. D'aventures en découvertes, on est emporté vers la fin. Là je vis mon dernier questionnement vital : les momies sont-elles des zombies ? Oui parce que pendant que les ados stressent pour leurs oraux de français moi j'ai des questions importantes !

Il y a des personnages qui m’ont fasciné comme Ancilla la cruelle, tellement incroyable dans sa propre quête de pouvoir (un peu déçue qu’on ne la voit pas plus torturer des gens) ou la reine de Rhynantes (gentille démone qu’il vaudrait mieux ne pas embêter) dont j’avoue vouloir en savoir plus ! Chaque personnage renferme un véritable univers personnel qui mériterait d’être approfondi !

J'ai adoré lire ce livre d'abord parce que j'ai été emporté malgré moi, je peux même dire kidnappée par le récit puis par la stylistique à la fois fluide, travaillée et complexe. Le passage par toutes les passions montre à quel point l'auteure s'est impliquée pour qu’on soit passionné !

Bien sûr il y a des éléments que j'ai moins apprécié certaines longueurs dans le texte ou l'attitude de Yanis. Mais on est tellement embarquée dans l'aventure que ce ne sont que des détails. Nous sommes en présence d'un roman maîtrisant les outils de la fantasy et c'est vivifiant !

C'est une très belle découverte et très belle rencontre pour ce début d'année qui m'a fait un bien fou tout en me créant l’évasion que j’aime avoir en littérature. Yanis Déesse de la mort fait partie de ces livres qui nous rappellent avec douceur que la lecture est une drogue dure, on en veut encore !