CHRONIQUES DU 14 novembre 2012

Yanis, Déesse de la Mort


Yanis, D?esse de la Mort - Cycle d'Arkem - tome 1Nature : Roman
Genre : Fantasy
Parution : 01 septembre 2012
Plus d'info. sur l'ouvrage ICI


L'avis de Cécile Duquenne, dans le blo SFFF 100% VF :

 Vous aimerez :
- le côté génèse
- le côté introspectif
- le style ouvragé

Vous n'y trouverez pas :
- de grandes batailles
- un style naturel et fluide

Mon avis ?
D'abord éditée au Fleuve noir, les éditions du Riez republient ici le cycle d'Arkem que, je dois l'avouer, je ne connaissais pas du tout. Je remercie au passage les éditions du Riez et le forum de Mort-Sûre pour cette belle lecture issue d'un partenariat.

Belle lecture, oui, car j'ai beaucoup aimé ! D'ordinaire, dans la fantasy avec des elfes, des démons, des nains, etc. (ce qui est le cas ici), je suis gênée par deux choses : le mélange des registres épique et lyrique, qui nous distancie énormément des personnages et en fait des figures à peine humaines, ainsi que le manque d'approfondissement des sentiments desdits personnages. Ici, si le style est volontiers lyrique, il est simplement finement ciselé et ne se gêne pas pour aller regarder sous la peau des personnages, nous les faire voir de l'intérieur : et ça, ça change tout.

C'est donc une fantasy très introspective à laquelle nous avons affaire, un roman introspectif, lyrique, et qui retrace une génèse : celle de Yanis, déesse de la mort. L'auteur, pour cela, remonte jusqu'à l'histoire d'amour atypique des parents de Yanis, laquelle est issue de l'union d'un démon et d'une elfe. Je vous avoue, à la première scène décrivant leur histoire d'amour, je n'étais pas du tout convaincue. Et puis... j'ai avancé dans ma lecture, je me suis habituée au style lyrique, et j'ai pu embrasser et la poésie de l'histoire, et les émotions, le tout sans me sentir gênée par le côté lyrique. La plume de Valérie Simon a totalement su me convaincre, que ce soit par la maîtrise des glissements sémantiques et des figures de styles complexes, ou par la manière dont elle amène l'action, par petites touches subtiles et progressives.

Yanis, à la fois elfe, démone et déesse, aurait pu être un personnage complètement imbuvable, ce qui n'est pas le cas ici. Oh, elle est bien tête à claques des fois, à la fin du roman, mais c'est alors une ado, donc son côté tête à claques est parfaitement normal. ;p

L'univers décrit est relativement simple, d'un point de vue politique, mais très riche d'un point de vue culturel. Et si l'on suit principalement Yanis, et qu'on le découvre à travers elle, on n'en est pas moins tour à tour surpris, charmé, inquiété, intrigué, etc. L'univers n'est pas extrêmement original mais il est très bien mis en place, d'une manière personnelle et propre à l'auteur, et c'est un plaisir que de le découvrir. Le contexte dans lequel évolue Yanis est très violent, très sombre, mais l'auteur parvient à nous montrer la beauté dans la noirceur...
En somme, une belle découverte, pour moi, de ce qui est apparemment un classique de la fantasy francophone, ou tout du moins une référence importante. Je ne peux que vous encourager à lire ce roman qui, tout en rejoignant les codes de la fantasy, a su s'en éloigner pour ne pas tomber dans les clichés éculés.